Vous êtes ici

Passerelle pour l'emploi, Trophée FSE de Bronze

08.12.2017 Actualités

L'action « Passerelle pour l’emploi » fait partie du Dispositif Territorial d’Accompagnement (DTA) de Pôle Emploi. Spécifique à Brest, elle se consacre aux chercheurs d’emplois des sept Quartiers Politiques de la Ville qui sont accompagnés par une conseillère entièrement dédiée. Mis en place en septembre 2016, ce dispositif expérimental a déjà remis sur le chemin de l’emploi plus de 80 personnes.

Elles ont une mission : l’emploi
 

Rock dit qu’il est « connu comme le loup noir » ! Ce béninois installé en France depuis 10 ans a été accompagné par le dispositif « Passerelle pour l’emploi » de Pôle Emploi de Bretagne. Grâce à lui, il a obtenu un CDD de 30 heures dans son domaine de spécialité : la musique. Le genre de victoires que célèbre Patricia Lino, l’une des trois conseillères Pôle Emploi dédiées à ce dispositif, et qui commente : « Le cas de Rock représente ce qu’il est possible de faire lorsque l’on consacre du temps et des moyens à la recherche d’emploi. C’est ce que Passerelle pour l’emploi permet ; j’ai appelé toutes les associations dans lesquelles Rock avait travaillé et nous avons trouvé ensemble des solutions pour qu’il passe une Validation des Acquis de l’Expérience et obtienne un contrat d’animation dans son domaine. » De la confiance, de l’empathie et du temps. Pour cette conseillère, les trois ingrédients d’un accompagnement efficace vers l’emploi.

Parmi les divers dispositifs Pôle Emploi, Passerelle pour l’emploi est spécifiquement dédié aux publics des Quartiers Politiques de la Ville. Mis en place à Brest en septembre 2016, il est porté par trois conseillères qui se consacrent exclusivement à leur portefeuille. Une nuance qui fait toute la différence selon Cécile Guguen de Nadaï, Chargée des Relations Partenariales : « Passerelle pour l’emploi se distingue de l’approche classique de Pôle Emploi car l’accompagnateur se consacre à 100 % aux chercheurs qu’il accompagne. Ici à Brest, chacune des trois conseillères suit une soixantaine de demandeurs. Elles les rencontrent au minimum une fois par mois mais il y a bien d’autres jalons entre temps. Il est fondamental de rompre l’isolement. » En lien direct avec le réseau local (agences d’intérim, entreprises, associations), les trois conseillères animent et coordonnent les différents acteurs. « Le collectif est indispensable. La mutualisation et le partage permettent de réduire le circuit besoin-offre. » Temps d’entretien individuel et ateliers collectifs, Forum emploi, coaching cv, rallye intérim, ateliers cv vidéo… Des rendez-vous d’apprentissage et de rencontres qui permettent la mise en relation et le partage entre des publics qui se connaissent mal alors qu’ils ont tout intérêt à échanger. Patricia Lino insiste sur l’importance de ces temps partagés, particulièrement boosteurs d’énergie : « Auprès des demandeurs d’emploi, il est important de démystifier les institutions, comme Pôle Emploi ou les agences d’intérim. Pour l’entreprise, apporter un regard bienveillant sur les initiatives des chercheurs d’emploi est aussi important. Nous observons que la plus-value est partagée par tous les acteurs. Nous sommes tous embarqués dans le même bateau avec un objectif commun : l’emploi. »

 

Si la finalité est bien le retour à l’emploi, l’enjeu est cependant plus large : lever les freins à l’action (problème de logement, de mobilité, de santé, de formation,…), remettre dans une dynamique positive. Cécile Guguen de Nadaï explique : « La finalité immédiate n’est paradoxalement pas toujours de signer un contrat. Le dispositif arrive souvent à des moments de parcours difficile. Retrouver confiance en soi et en l’Autre, se relancer, ce sont des réussites qui, demain, permettront le retour à l’emploi. » Les actions concrètes (réaliser son cv, préparer son entretien, repérer les lignes de tram pour faire ses démarches, etc.) vont de pair avec des temps qui s’apparentent à du coaching. Pour Patricia Lino, « accompagner, c’est demander aux gens qui ils sont, étudier leur projet, voir s’il est réaliste, réalisable. » Au centre du dispositif, la confiance et l’estime de soi. La conseillère complète : « Ce dispositif permet de relever la tête. Cela vaut pour les demandeurs d’emplois qui se sentent considérés individuellement, mais aussi pour les conseillers Pôle Emploi qui retrouvent parfois le sens de leur mission. L’effet est vertueux et probant ; les résultats sont là ! Nous pouvons dire aujourd’hui qu’avec du temps et des moyens pour s’y consacrer pleinement, il est possible de relever le challenge de l’emploi. »

FSE - Candidater et gérer
Découvrez le portail des fonds européens