FSE - Fonds Social Européen en France
Accueil du site > Vous êtes candidat > Le FSE, pour qui ? Pour quoi ? Pour moi ?

Le PON et l’entrepreneuriat

imprimer envoyer à un ami

Une priorité d’investissement ciblant l’entrepreneuriat (PI 8.3) L’entrepreneuriat s’intègre dans l’axe 1 du POn et dans la priorité d’investissement 8.3 : « L’emploi indépendant, l’entrepreneuriat et la création d’entreprises, y compris les micro, petites et moyennes entreprises innovantes ». Celle-ci se décline en deux objectifs spécifiques (OS) permettant d’intervenir sur la qualité de l’accompagnement apporté et sur l’ingénierie d’accompagnement elle-même.

OS 1 : Augmenter le nombre de créateurs et de repreneurs accompagnés et consolider les structures dans la durée

Un besoin d’accompagnement pour sécuriser les nouvelles entreprises
Aujourd’hui, plus de 70% des entreprises sont créées sans l’intervention d’une structure spécialisée. Pourtant, l’accompagnement est un facteur clé de réussite des nouvelles entreprises et ce aux différentes étapes : le montage du projet de création ou de reprise, la structuration financière, le démarrage de l’activité, le développement de l’entreprise après la phase de création ou de reprise, etc.

L’objectif spécifique 1 du POn vise à proposer des actions d’accompagnement aux créateurs/repreneurs d’activités. Le FSE financera donc à la fois l’accompagnement en phase de création et de post-création.
Une attention particulière devra être portée à l’égard de certaines catégories pour lesquelles la création ou la reprise d’activités s’avère plus délicate : les jeunes, en particulier les jeunes moins qualifiés et ceux issus des quartiers prioritaires, les femmes ainsi que les demandeurs d’emploi. Ces publics nécessitent davantage de soutien de la part des structures existantes. Par ailleurs, dans un contexte de vieillissement démographique, le départ des chefs d’entreprises génère un besoin supplémentaire d’accompagnement à la transmission et à la reprise d’activités, notamment dans les PME-TPE

L’accompagnement en amont :inspirer la confiance des créateurs dès le lancement du projet de création ou de reprise

L’accompagnement des créateurs et repreneurs d’entreprise doit permettre à ces publics cibles de faire avancer leur idée, tester la viabilité de leur projet et maximaliser leur taux de réussite. Ces publics ont en effet besoin de lancer leur projet dans un cadre sécurisé, tant d’un point de vue financier que d’un point de vue méthodologique.

Quels types d’actions soutenus ?

En matière d’appui à l’émergence et à l’accompagnement des projets de création ou de reprise d’activités, le FSE financera :
les actions d’appui à l’émergence des projets : études de marché, analyse de la viabilité du projet, diagnostic de la capacité du porteur de projet à le réaliser, etc. ;

les actions d’appui, de conseil et d’accompagnement personnalisé à la création ou à la reprise d’une activité afin d’améliorer la qualité des projets et de sécuriser leur faisabilité : formation du porteur de projet, travail sur le projet, facilitation de l’accès au financement…

L’accompagnement en aval : un suivi post-création à renforcer

Le soutien aux créateurs et repreneurs d’entreprise se concentre souvent sur les premières étapes du projet. En revanche, les difficultés rencontrées pendant la phase de post-création et de développement restent insuffisamment intégrées dans les dispositifs actuels, d’où l’importance de renforcer le soutien pour assurer la pérennité des entreprises nouvellement créées.

Quels types d’actions soutenues ? 

En matière d’accompagnement post-création/reprise d’une activité et d’appui à la consolidation des activités, le FSE financera les actions d’accompagnement :
des entrepreneurs ou des dirigeants, notamment sur la consolidation du modèle économique et/ou la gestion des ressources humaines (actions de formation et de qualification, diversification des financements, etc.) ;
des actions collectives visant la mutualisation des besoins en matière de ressources humaines ;
à la mise en œuvre des stratégies de filière ou de territoires permettant la consolidation économique des activités créées ou en développement, par la diversification des ressources et de partenaires.

OS 2 : Renforcer et mutualiser les pratiques d’accompagnement des créateurs et des repreneurs pour en améliorer la qualité

Optimiser les moyens existants et innover les pratiques

L’objectif visé par le FSE n’est pas seulement d’augmenter le nombre d’entrepreneurs accompagnés (Objectif spécifique 1) mais aussi d’améliorer la qualité de cet accompagnement. Ceci passe à la fois par une meilleure coordination entre les nombreux acteurs et réseaux existants et par une mutualisation des savoir-faire sur différents segments ou publics (accès aux crédits bancaires, jeunes issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville…).
Mais qui dit amélioration, dit également innovation des pratiques. Le FSE soutiendra donc aussi la conception de nouvelles méthodologies et techniques d’accompagnement, notamment en phase de post-création et de reprise des entreprises. Ces actions devront surtout prendre en compte les besoins des publics plus fragiles afin de résoudre les difficultés spécifiques auxquelles ils sont confrontés.

Quels types d’actions soutenues ?

En matière de renforcement et de mutualisation des pratiques, le FSE financera différents types d’actions :
- Renforcement et développement de l’ingénierie d’accompagnement des créateurs et repreneurs par des outils fondés sur l’utilisation des nouvelles technologies, de nouvelles méthodologies et des techniques d’accompagnement notamment au titre de la phase post-création/reprise, des échanges de pratiques ;
- Mutualisation inter réseaux accrue pour une meilleure répartition de l’accompagnement des créateurs et repreneurs ;
- Amélioration de l’offre, de l’appui technique et de l’échange de savoir-faire sur l’accompagnement de certains publics notamment les femmes et les personnes issues des quartiers prioritaires de la politique de la ville ou sur des segments d’activités (par exemple, accès aux crédits bancaires) ;
- Construction de démarches conjointes entre les différents acteurs sur des thématiques spécifiques et/ou des sujets communs à l’ensemble des projets (services à la personne) ;
- Valorisation et diffusion des bonnes pratiques notamment en matière d’accompagnement post création, de transmission et reprise d’activités, et de modélisation des expériences.

TELECHARGEZ L’ARTICLE COMPLET.

Base documentaire

FAQ

Espace réservé

Plan du site | Contact | Mentions légales