Vous êtes ici

FSE, IEJ, Où en est-on en France ? Photographie à mi-parcours de la programmation

Analyse

Avec la Stratégie Europe 2020, l’Union européenne a mis en place un plan d’action pour développer une croissance intelligente et durable commune aux 28 Etats membres. Un des objectifs de cette stratégie est la création de nombreux emplois de qualité, ainsi que la construction d’une société davantage inclusive. Le Fonds Social Européen (FSE) et l’Initiative jeune emploi (IEJ), en tant que dispositifs européens de co-financement, sont des outils pour développer ces objectifs. Quel bilan quatre années après le démarrage de la nouvelle programmation 2014-2020 ?

La Délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle (DGEFP), en tant qu’autorité de coordination du FSE en France, a lancé une étude sur l’état d’avancement de ces dispositifs. Quatre années après le démarrage de la nouvelle programmation (2014-2020), cette évaluation permet d’avoir une vision globale de l’avancement du FSE et de l’IEJ, sur l’ensemble des territoires français, en termes financiers et humains.

Les réalisations du FSE

A mi-parcours de la programmation, la moitié des crédits FSE dont bénéficie la France ont été utilisés et les trois quarts des crédits IEJ, ce qui représente en tout 3,2 Md€ (sur 6,5 Md€). Au total, cela a permis d’aider plus de 15 000 projets d’exister. 

Depuis 2014, le FSE possède une nouvelle architecture de gestion. Le FSE est donc géré à différents niveaux : national, régional et par les départements et régions d’outre-mer.[1]

L’Etat gère prioritairement le FSE au titre de l’emploi et de l’inclusion : 60 % des crédits nationaux sont focalisés sur l’insertion des populations les plus éloignées de l’emploi.

 

[A lire : L’engagement du FSE contre la pauvreté]

 

Les régions, qui interviennent dans le champ de l’éducation et de la formation professionnelle, ont cofinancé plus de 2 000 initiatives sur ces thématiques.

L’IEJ vient renforcer la mobilisation européenne sur l’emploi des jeunes. Ce dispositif cofinance des projets en faveur des jeunes de moins de 26 ans qui sont ni en études, ni en emploi ni formation : les NEET. Depuis 2014, cela représente plus de 1 300 projets financés.

Des hommes et des femmes au cœur du succès du FSE

En quatre ans, plus de 2 millions de personnes ont participé à des initiatives soutenues par le FSE et l’IEJ, en France. Soit la population vivant dans le département des Bouches du Rhône (INSEE, 2018) ou encore l’ensemble des ultra-marins au sein des régions d’Outre-Mer (INSEE, 2018).

Quand ils sont entrés dans les projets financés, la quasi-totalité des participants étaient chômeurs ou inactifs. A la fin du projet auquel ils ont pris part, leur situation s'est vue nettement améliorer :

30 %

30 % des participants étaient en emploi ;

38 000

Près de 38 000 jeunes de moins de 26 ans se sont orientés vers une reprise d’études ou une formation professionnelle, dans le cadre de l’IEJ ;

10 %

10 % des participants ont obtenu une qualification (diplôme, titre d’Etat ou certificat de qualification professionnelle) avec le FSE.

A télécharger :

La synthèse des chiffres clés de la programmation
Key figures of ESF and YEI programming in France
Livret fiches régionales_Bilan de la programmation du FSE et de l’IEJ en France

 


 

 

[1] Les populations sur ces territoires font face à des problématiques spécifiques concernant l’éducation et l’ l’emploi. Les projets cofinancés visent à répondre à ces singularités.

 

FSE - Candidater et gérer
Découvrez le portail des fonds européens