Vous êtes ici

L’innovation sociale, au service de l’emploi

Analyse

L’innovation sociale vise à apporter des réponses inventives à des besoins sociaux non satisfaits en mobilisant et en associant tous les acteurs concernés publics et privés. Le FSE joue un rôle clé dans le soutien et la diffusion de ces innovations.

Avec 24 % de jeunes sans emploi, 10 millions de personnes touchées par la crise du logement, 20 % de la population active confrontée à des problèmes de mobilité… les défis économiques et sociaux de la France sont multiples. L’innovation sociale, en s’attaquant à des besoins non ou mal satisfaits et en mobilisant l’ensemble des acteurs concernés, est une des clés pour expérimenter de nouvelles solutions. Comment ? Via le soutien que le FSE accorde à ces projets « créateurs d’emplois et de cohésion sociale », mais aussi en contribuant à l’essaimage de ces innovations sociales sur les territoires.

L’innovation sociale : vers l’expérimentation de nouvelles solutions

L’Avise (Agence d’ingénierie pour développer l’Economie sociale et solidaire) définit l'innovation sociale comme une réponse à un besoin social non ou mal satisfait. L’innovation consiste alors à développer de nouvelles réponses face aux enjeux existants, parfois spécifiques à un territoire : un taux de chômage particulièrement élevé, une filière économique à développer, une crise du logement, la nécessité de désenclaver un quartier… Le point fort de l’innovation sociale, c’est aussi et surtout le décloisonnement et l’implication de tous les acteurs : publics comme privés, entreprises de l’ESS ou acteurs de l’économie classique, élus et citoyens, associations… Du diagnostic à la mise en œuvre du projet, en passant par la co-construction de solutions, tous s’impliquent.

Un levier pour l’emploi

Avec un taux de chômage de 9,3 % (fin du 3ème trimestre 2018) en France, atteignant même 25 % dans certains Quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), l’emploi et la formation sont des priorités auxquelles l’innovation sociale peut contribuer via de nouveaux types d’accompagnement ou la création de nouvelles activités.

Certains chantiers d’insertion, soutenus par le FSE, proposent par exemple des accompagnements combinant emploi et formation, ateliers de mobilité, soutien psychologique… Cette approche transversale combinée à la mise en place de nouvelles pédagogies est caractéristique de l’innovation sociale.

L’innovation sociale, c’est aussi adapter et repenser une action en fonction d’un public spécifique, en partant de ses besoins. La Fabrique du numérique de Gonesse propose par exemple aux jeunes décrocheurs de la ville une formation aux métiers émergents du digital. Une formation innovante au sens où elle contourne les codes académiques classiques en offrant aux jeunes sans diplôme l’opportunité de travailler sur des projets concrets et utiles à leur territoire, tout en acquérant des compétences.

[Pour aller plus loin, consultez « Des ateliers Agilité Numérique : monter en compétences sur les usages et les outils numériques »]

L’innovation sociale contribue aussi à créer de nouvelles activités, en réponse à des enjeux locaux, et de nouveaux emplois. Dans le Jura, l’initiative « j’aime mes bouteilles » a cherché à réduire l’impact environnemental sur le territoire des bouteilles de vin utilisées en mettant en place un système de consigne locale et de recyclage. L’initiative rassemble aujourd’hui une dizaine d’acteurs : producteurs de vin, laveurs de bouteille, magasins d’alimentation, entreprise d’insertion… Avec 50 000 bouteilles récupérées et plus de 4 tonnes de CO2 évitées en 2017, le projet a vocation à créer de nouveaux emplois locaux non délocalisables pour faire vivre cette filière de revalorisation des bouteilles sur tout le département du Jura.

Le FSE s’engage pour une large gamme de projets qui œuvrent à la fois pour l’insertion sociale et le recyclage. L’association D.E.F.I.T.H 60 s’attaque quant à elle aux déchets électroniques. En savoir plus…

Mobilisation et mise en réseau des acteurs d’un territoire

Comment peut-on généraliser, à l’échelle d'un territoire, ces démarches d’innovation sociale, contribuant à répondre d’une nouvelle manière à des problèmes locaux et donc à créer de l’emploi ? C’est à ce challenge que s’est attelé le Groupe Archer, né à Romans-sur-Isère, territoire économiquement fragile suite à la perte de son activité-phare, l'industrie de la chaussure. La démarche « start-up de territoire » consiste à partir des besoins locaux identifiés par tous les acteurs, publics comme privés, et ce dans tous les domaines. Des projets sont ensuite imaginés et co-définis. Des acteurs locaux sont identifiés et se regroupent en « start-up ». Le résultat ? Des créations d’emplois non délocalisables et vitales pour le territoire. Née à Romans-sur-Isère, l’initiative est désormais présente dans cinq autres territoires : Bordeaux, Figeac, Lille, Lons-le-Saunier et Strasbourg. Des liens se tissent entre territoires et entre projets, favorisant ainsi la création d’emplois et la pérennité des start-up créées.

Focus : L’innovation sociale, problématique structurante de l'édition 2019 du Village des initiatives FSE

Financé par le Fonds social européen dans le cadre du programme opérationnel national pour l'emploi et l'inclusion, le Village des Initiatives FSE est ouvert à tous les acteurs nationaux et locaux engagés dans des démarches pour l’emploi et l’insertion souhaitant challenger leur projet à la lumière des grands enjeux européens et participer à la réflexion sur l’impact des transitions et sur l’avenir du Fonds social européen. Les 4 thèmes de cette nouvelle édition sont : les compétences, les mobilités, les territoires et l’inclusion sociale.

Accédez au site internet Village des initiatives FSE.

Changement d’échelle

Soutenir l’innovation sociale c’est donc encourager la prise de risque, l’expérimentation de nouvelles solutions et contribuer à les faire connaître pour qu’elles renouvellent profondément l’action publique.

Le Fonds Social Européen soutient déjà de nombreux projets socialement innovants. Son défi est de contribuer davantage à disséminer ces innovations sociales et leurs résultats : un premier pas pour que l’ensemble des territoires et acteurs apprennent à mieux les connaître et s’en emparent pour reprendre en main leur destin économique et social.

Le 18 janvier 2018, le Gouvernement a présenté son accélérateur d’innovation sociale, « French impact ». En mobilisant un milliard d’euros sur cinq ans, l’accélérateur financera la croissance et l’essaimage des structures porteuses d’innovation sociale. L’ambition ? Favoriser le développement d’un véritable « écosystème » à l’échelle nationale. Le FSE peut y jouer son rôle notamment en matière de soutien à l’innovation…

FSE - Candidater et gérer
Découvrez le portail des fonds européens