Vous êtes ici

#JITE2018 : des rencontres, des idées, des échanges…

05.07.2018 Actualités

Le Fonds Social Européen était présent avant-hier, mercredi 3 juillet, à la 5ème édition de la Journée des initiatives territoriales pour l’emploi (#JITE2018), cette grande mobilisation organisée par le ministère du Travail une fois par an en faveur de l’emploi, des compétences et de la création d’activités. Revivez les moments clés de la journée et découvrez quelques-uns des projets innovants en lien avec l’une des trois thématiques de la journée :  l’insertion, les transitions et l’appui aux TPE-PME.

Portée par le Ministère du Travail depuis 2014, la JITE est un moment unique fédérant autour des initiatives pour l’emploi un grand nombre de parties prenantes : chefs d’entreprises, acteurs du service public, associations… Cette année, 150 projets ont répondu à l’appel dont 48 ont été sélectionnés pour participer à l’un des trois comptoirs : Insertion, Transitions et Appui TPE-PME. L’intégralité des projets sélectionnés présentent trois caractéristiques : ce sont des initiatives collectives public-privé (1), au service de l’emploi et des compétences (2) et qui apportent des réponses territoriales aux problématiques liées aux trois thématiques qui articulent la JITE(3).

 

Les moments forts de la journée

Juste après le petit déjeuner, la salle Plénière du Beffroi de Montrouge commence petit à petit à se remplir… Sur scène, une cinquantaine de visages sereins attendent avec enthousiasme le début des festivités. C’est Carine Chevrier, Déléguée générale à l’emploi et à la formation professionnelle qui ouvre la journée et dresse un constat du marché du travail en France. Elle évoque notamment la nécessité d’édifier une « société de compétences », en phase avec les mutations profondes que nous expérimentons et en anticipation des métiers de demain. Elle insiste sur l’importance de l’adéquation de cette société aux publics les plus éloignés de l’emploi : « C’est l’inclusion des personnes mais aussi des territoires qui est la garantie de la cohésion sociale nationale ».

“ Plus qu’une simple rencontre, la JITE c’est une occasion pour tous d’apprendre de pair à pair, de prendre du recul vis-à-vis de ses propres expériences et identifier ensemble les freins pour libérer la création d’emploi notamment pour ceux qui en ont le plus besoin.” Carine ChevrierDéléguée générale à l’emploi et à la formation professionnelle

Trois invités d’honneur prennent par la suite la parole : Hélène Le Teno, directrice du GROUPE SOS Transition écologique, Michaël Jérémiasz, cofondateur de l’entreprise Handiamo! Et de l’association Comme les autres et Hélène Boulet-Supau, directrice générale de Sarenza.

Hélène Le Teno évoque le faire ensemble, le décloisonnement des secteurs et la recherche d’approches non conventionnelles comme impératifs pour être en mesure d’accompagner et accélérer la transition écologique. Elle présente trois projets innovants stimulant la transition écologique : la reconversion de l’ancienne base aérienne 217 à Cœur d’Essonne, Blue Bees, la première plateforme de financement participatif dédiée à l'agriculture, à l'agroécologie et à l'alimentation responsable, ainsi qu’un programme pilote de Compagnonnage développé en 6 fermes de six régions en France. La prochaine étape ? Expérimenter le compagnonnage pour œuvrer pour l’intégration des migrants.

Michaël Jérémiasz, joueur de tennis en fauteuil, numéro 1 mondial en simple, en double, quadruple médaillé aux Jeux paralympiques (2004, 2008 et 2012) passe en revue les enjeux de reconversion professionnelle pour ce public spécifique, les sportifs de haut niveau handicapés. En effet, selon des chiffres de 2017, les personnes handicapées seraient la minorité la plus discriminée en France. Michaël Jérémiasz met en avant l’importance d’une vie sociale épanouie dont les conditions sine qua non sont l‘accès à la santé, à l’emploi, à la culture et à une vie affective. Il insiste sur le rôle clé de l’emploi qui permet à tout un chacun de concrétiser son utilité sociale.

Suite à une reconversion professionnelle en 2001, Hélène Boulet Supau œuvre pour l’entrepreneuriat féminin. Quoique « féministe depuis toujours », l’égalité professionnelle femmes-hommes n’est chez Sarenza, que « l’expression de la valorisation des talents ». Ainsi, 5 personnes sur 9 du Comité de Direction sont des femmes, qui représentent, par ailleurs, 60 % des collaborateurs de l’entreprise. Hélène Boulet Supau parle également de l’urgence de dépasser les stéréotypes genrés dans le monde du travail. Il n’y a pas de secteur ou de métier masculin ou féminin : « On a besoin des jeunes filles dans les métiers techniques et notamment aujourd’hui ceux du numérique… ».

A 11h00 place aux porteurs de projets au sein des trois comptoirs « Autour des initiatives pour l’emploi ».

 

La Ministre du Travail était sur place pour encourager les porteurs de projet

« Pousser au plus loin les portes de l’imagination… C’est ça la JITE ! », affirme la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, en montant sur la scène sous les applaudissements du public. En effet, le Beffroi de Montrouge a la particularité d’être décoré de la fresque « Le Saut de l’Ange » de 150 m² imaginée par Mœbius à laquelle la ministre, amatrice de bandes dessinées, fait explicitement référence.

 « Je ne crois pas au jardin à la française, mais au foisonnement d’énergies du Service Public de l’emploi, du tissu associatif, des acteurs privés… Je crois à la convergence d’énergies qui amènent les expériences nouvelles. C’est ça le champ de l’innovation sociale ! ».

Alors que le contexte aujourd’hui est a priori favorable, la ministre rappelle qu’une situation de croissance n’implique pas automatiquement une croissance de l’emploi et surtout pas forcément une transformation de l’emploi pour aller vers plus d’inclusion. En effet, elle souligne que le véritable enjeu est de faire en sorte que la croissance soit inclusive, de manière à faire de l’émancipation par le travail une pierre angulaire de notre société.

Elle finit son allocution en saluant l’action de la DGEFP pour l’organisation de cette 5ème édition de la Journée des initiatives territoriales pour l’emploi, ainsi que l’intégralité des participants qu’elle qualifie d'« inventeurs du futur ».

A peine 9h30, la salle Plénière du Beffroi de Montrouge commence à se remplir...

Carine Chevrier, Déléguée générale à l’emploi et à la formation professionnelle, ouvre la JITE 2018 en dressant un constat du marché du travail en France.

C'est au tour de Hélène Le Teno de prendre la parole.

Michaël Jérémiasz passe en revue les enjeux de la reconversion professionnelle des sportifs de haut niveau.

Hélène Boulet Supau, grande figure de l’entrepreneuriat féminin, prend également la parole.

A 14h00, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, monte sur scène sous les applaudissements du public.

Quelques-uns des projets présents à la JITE

En effet, en 2018, la JITE s’articule autour de trois thématiques : Insertion, Transitions et Appui TPE-PME. Autant de sujets pour lesquels les partenariats, tant publics que privés, sont indispensables pour accompagner les changements et les mutations rapides dans une logique de développement et de renforcement de la compétitivité aussi bien que de sécurisation des parcours. Parmi les initiatives sélectionnées pour cette 5ème édition, un grand nombre bénéficient de fonds européens : Fonds Social Européen, Feader, FEDER, Fonds pour l’insertion dans l’emploi des jeunes, Fonds d’intervention migration et accueil.

Retrouvez quelques-unes des initiatives présentes à la JITE, cofinancées par le Fonds Social Européen :

  • Le programme SKOLA favorise l’insertion de 32 jeunes en difficulté par une formation de 180 heures en environnement réel au sein d’une boutique des Terrasses du Port à Marseille. Cette méthode de recrutement basée sur l’évaluation in-situ se déroule en boutique école dans le secteur de la vente-conseil, notamment en prêt à porter, identifié comme un secteur en forte tension. Cette formation innovante nécessite un accompagnement global des jeunes s’inscrivant dans la durée (levée des freins, coaching, formation certifiante, entreprises partenaires). En attendant l’essaimage prévu à Nice, ce programme, porté par AGEFOS PME, les apprentis d'Auteuil et leurs partenaires, enregistre plus de 80 % de retours à l’emploi pérennes.
  • Le programme « Alliances fertiles » permet en Haute-Garonne de développer des partenariats entre le groupement solidaire, Cocagne Haute-Garonne, et les entreprises afin de favoriser l’accès et le maintien dans l’emploi. Il s’agit d’une nouvelle façon d’accompagner les personnes vers l’emploi en travaillant étroitement avec les entreprises du territoire pour développer des compétences techniques. L’autre objectif du programme est de créer de la valeur ajoutée sur les territoires concernés en développant des compétences indispensables aux entreprises.
  • Convergence, initié par Emmaüs Défi, propose un accompagnement global et concerté pour lutter contre la grande exclusion. Le programme repose sur la mise en lien des référents qui interviennent sur leur champ de compétence et la recherche des solutions manquantes auprès du réseau de partenaires (une soixantaine d’acteurs de l’emploi, de la santé, du logement) afin de s'assurer que tous les champs de difficulté sont pris en compte. Convergence prévoit également une durée d’accompagnement pouvant aller jusqu’à 5 ans et la poursuite de l'accompagnement après l'accès à une situation stable. Depuis son lancement en 2012, plus de 400 personnes ont bénéficié de ce dispositif, mis en œuvre par Aurore, un chantier CASVP, Rejoué et Emmaüs Défi. Pour en savoir plus.
  • Label Empl’itude : ce label territorial, adossé à un référentiel Afnor créé spécifiquement, valorise les engagements des entreprises en matière d’insertion et d’emploi, quels que soient leur taille et leur secteur d’activité. L’entreprise doit favoriser l’accès à l’emploi sur le territoire, la progression de ses salariés et pérenniser sa démarche par un plan d’action concret. À ce jour, près de 90 entreprises sont labellisées sur le territoire marseillais ; plus de la moitié ont moins de 50 salariés. Après 3 ans de labellisation, 70 % reconduisent la démarche. La dimension territoriale du label en fait un dispositif adaptable aux spécificités et besoins du territoire. C’est un outil de management territorial qui fédère les partenaires institutionnels et économiques. Un essaimage est en cours vers d’autres régions.
  • Les clauses sociales du Grand Paris : dans le cadre des chantiers du Grand Paris, une charte responsabilité sociale et environnementale a été signée par les maîtres d’ouvrages des infrastructures afin de soutenir la mise en place d’une initiative d’appui aux clauses sociales. Le GIP Maximilien, portail des marchés publics francilien et réseau des achats responsables, a été désigné par l’État pour piloter au niveau régional une mission d’appui au développement des clauses sociales. Ses missions sont, d’une part, de développer les clauses sociales et l’emploi durable par la commande publique et, d’autre part, de mobiliser et de coordonner les acteurs intervenant sur les aspects sociaux de la commande publique.
  • Parcours dynamiques d’insertion pour les femmes : dans les quartiers prioritaires de la ville (QPV), 50 % des femmes sont en situation d’inactivité. Réduire les inégalités dans l’insertion professionnelle des femmes des QPV est l’ambition de ce projet alliant prise en compte des freins à l’emploi mais aussi remobilisation à travers des ateliers de socialisation, d’estime de soi… L’association « Tous Parrains », avec l’appui des collectivités territoriales et de la Direccte, a expérimenté ce projet sur le quartier de Marquise en 2015 pour ensuite l’essaimer sur d’autres QPV du Pas-de-Calais. Des conseillers en insertion professionnelle et des bénévoles animent ce réseau. Résultats en 2017 : 52 femmes accompagnées, 20 sorties dynamiques et 18 réorientations vers d’autres dispositifs en poursuite de parcours.
  • et d’autres encore…

 

Dédiée entièrement aux porteurs de projets, retrouvez bientôt sur notre site la web-série de l’été : « 1 minute, 1 projet » !

 

FSE - Candidater et gérer
Découvrez le portail des fonds européens